Faire célébrer une messe, c’est croire en la puissance d’Amour que le Christ manifeste dans le Mystère de sa Croix et de sa Résurrection. L’Eucharistie est ce même Mystère célébré en tous temps et en tous lieux.

La messe est toujours célébrée pour tous : l’Amour infini du Christ embrasse en son Cœur l’humanité tout entière et chacun personnellement. L’Eucharistie a toujours une valeur universelle !

Toutefois, il est de tradition dans l’Église d’ajouter une intention particulière pour laquelle le prêtre célèbre l’Eucharistie. Tous peuvent demander qu’une messe soit célébrée pour telle ou telle intention.

Demander de faire célébrer une messe, c’est donc entrer dans la prière de Jésus et de l’Eglise, c’est confier à l’Amour de Dieu une intention particulière qui nous est chère.

Toutes les bonnes œuvres réunies n’équivalent pas au sacrifice de la messe parce qu’elles sont l’œuvre des hommes, et la Sainte Messe, l’œuvre de Dieu : elle est le sacrifice que Dieu fait aux hommes de son Corps et de son Sang.

Saint Curé d’Ars

Le moyen le plus approprié et efficace de rendre hommage à nos défunts est de prier pour eux, en offrant des actes de foi, d’espérance et de charité. En union au Sacrifice eucharistique, nous pouvons intercéder pour leur salut éternel, et faire l’expérience de la communion la plus profonde, dans l’attente de nous retrouver ensemble, pour jouir à jamais de l’Amour qui nous a créés et rachetés.

Benoît XVI

Intentions

 

Pour remercier Dieu

On peut offrir une messe en action de grâce pour un événement heureux : naissance, anniversaire, anniversaire de mariage, guérison, paix retrouvée… ou pour n’importe quelle grâce reçue, d’ordre matériel ou spirituel.

Pour demander à Dieu

On peut présenter comme intention toute demande qui nous tient à cœur et qui va dans le sens de la Volonté de Dieu, dans tous les domaines de la vie : santé, famille, études, travail, discernement d’une décision, etc. On peut demander pour soi-même ou pour les autres : parents, enfants, amis ou toute autre personne.

Pour les Défunts

Par la grâce de l’Eucharistie, nos frères et sœurs défunts peuvent être secourus, purifiés et libérés des liens qui les empêchent encore d’entrer dans la joie du Ciel. Une messe célébrée à l’intention d’un défunt a une valeur inestimable, car c’est l’Amour du Christ qui le rejoint et le libère. C’est le don le plus précieux qu’on puisse faire à un être cher qui nous a quittés.

Offrande

 

La messe n’a pas de prix, c’est un bien spirituel. Mais dès les origines du christianisme, les fidèles ont contribué à la célébration de l’Eucharistie par des dons et des offrandes destinés à assurer les frais du culte, la subsistance des prêtres, la vie de l’Église. Il ne s’agit donc pas d’acheter une messe, et c’est pourquoi on ne parle pas de « prix » d’une messe mais plutôt « d’offrande ». Il s’agit d’une participation financière dont le but principal est de subvenir aux besoins du prêtre et de sa communauté.

Le montant de l’offrande est fixé, dans chaque pays, par la Conférence des évêques afin d’éviter toute surenchère. Toutefois, pour la personne n’ayant pas de ressources, l’offrande peut être moindre selon ses possibilités.

De toute façon il faut voir cette participation comme un don qui vient du cœur. Dans la communion avec le prêtre et toute l’Eglise qui célèbre, celui qui offre une messe présente son intention au Seigneur pour que, dans l’Amour du Christ, sa prière soit accueillie par le Père.

Offrir une messe

Offrande suggérée : 10€

Offrir une Neuvaine de messes

Une neuvaine de messes signifie que pendant neuf jours consécutifs, la messe est célébrée à l’intention demandée.

Cette tradition s’inspire, comme toutes les neuvaines de prière, des neuf jours qui séparent l’Ascension de la Pentecôte. Dans les Actes des Apôtres, on y voit les disciples de Jésus, en prière avec la Vierge Marie. C’est l’Eglise qui, pendant neuf jours, attend, prie, implore Dieu pour obtenir le don de l’Esprit promis par le Christ.

Confier une intention de prière en offrant une neuvaine de messes, c’est exprimer le désir d’obtenir une grâce qui nous tient particulièrement à cœur. C’est la mettre avec confiance dans la prière de l’Eglise qu’est l’Eucharistie, source de toute grâces et de tout bien.

Offrande suggérée : 90€

Offrir un Trentain grégorien

La célébration du Trentain est un usage qui remonte à la fin du VIème siècle. Le Pape Saint Grégoire le Grand, avant d’être Pape, était Abbé de l’abbaye de Saint André, à Rome. Un de ses moines, bon médecin et bon religieux, Justus, mourut et l’on trouva dans sa cellule trois pièces d’or. A cette époque, la discipline était rude et exigeante : le Père Abbé considérant la gravité de cette faute fit jeter dans la fosse publique le cadavre du moine avec les pièces d’or. Et chaque moine passa devant en répétant : « Que ton argent aille avec toi à la perdition. » Cependant, la miséricorde l’emporta dans le cœur de l’Abbé. Il fit célébrer la messe pendant trente jours pour la délivrance du malheureux moine Justus. Au terme du trentain, le moine apparut à l’un de ses frères et lui annonça qu’il était délivré et se trouvait maintenant dans la gloire du Ciel grâce à ces messes. Le Seigneur fit ensuite la promesse à Saint Grégoire que tous ceux pour qui seraient célébrées trente messes consécutives recevraient la même grâce de délivrance.

Le Pape Benoît XIV, en 1752, puis la Congrégation pour les indulgences, en 1889, ont fait l’éloge de cette coutume qualifiée de « pieuse, approuvée et raisonnable ».

Un Trentain est constitué de trente messes qui sont célébrées en trente jours consécutifs, pour une seule personne défunte.

Faire célébrer un Trentain pour une personne défunte qui nous est chère, c’est la confier à la Miséricorde de Dieu, manifestée dans l’Eucharistie.

Offrande suggérée : 300€